top of page

La circonscription a besoin d'un nouveau lycée


Philippe Ballard à l'Assemblée nationale

Durant ma campagne et dès mon élection, les élus et les habitants de la circonscription m’ont interpellé sur les difficultés des collégiens pour poursuivre leurs études dans de bonnes conditions dans un lycée d’enseignement général à une distance raisonnable de leur domicile.


Une grande majorité des lycéens des secteurs de Grandvilliers et de Chaumont-en-Vexin subissent des conditions de transport scandaleuses, entre 1h00 et 1h30 matin et soir, pour se rendre dans les lycées de Beauvais.


Je m’associe aux démarches entreprises depuis de nombreuses années par les élus qui, malheureusement, ont été vaines jusqu’à maintenant, malgré les promesses faites lors des élections et les bonnes intentions des uns et des autres. La région a confirmé son accord pour les financements, le rectorat assure qu’il mettra le personnel à disposition … mais aucune date n’a encore été annoncée !


Je porte à votre connaissance la question écrite que j’ai posé au Ministre de l’éducation nationale et j’espère pouvoir m’entretenir prochainement avec Xavier Bertrand pour obtenir des réponses.

 

Ma question écrite à Pap Ndiaye


M. Philippe Ballard attire l'attention de M. le ministre de l'Education nationale et de la jeunesse sur l'absence de lycées d'enseignement général sur la 2ème circonscription de l'Oise, malgré les actions entreprises par les élus depuis plus de 30 ans.


Les statistiques et les sources en open-data du ministère démontrent que sur le secteur de Chaumont-en-Vexin, comme sur le secteur de Grandvilliers, il y a un potentiel de 900 lycéens chacun.


Actuellement, les étudiants de ces deux secteurs subissent des temps de trajet de 1 h00 et, pour beaucoup plutôt jusqu'à 1 h 30, matin et soir, pour se rendre dans les lycées de Beauvais, eux-mêmes surchargés (une étude de l'IFOP de 2020 « Les parents et les transports domicile - établissement scolaire » atteste que dans la ruralité ces temps de transport explosent).


Ces étudiants n'ont pas de réels choix alternatifs, ils sont régulièrement refusés ou mal orientés à Beauvais, de plus en plus refusés à Gisors (à proximité mais hors département) par manque de place. Ils doivent donc s'orienter sur le Val-d'Oise ou dans le privé, quand ils ne renoncent pas aux études supérieures dans les filières générales.


Xavier Bertrand, président de la région Hauts de France, a validé il y a deux ans le financement d'un lycée à Chaumont-en-Vexin, la communauté de communes ayant d'ailleurs mis un terrain à disposition et le rectorat ayant déclaré qu'il mettrait le personnel nécessaire.


Depuis, désespérément, il ne se passe rien, sauf d'interminables réunions repoussant les décisions. Le Vexin Thelle est reconnu pour sa qualité de vie et est prisé par les franciliens. Le secteur de Chaumont-en-Vexin est déjà très bien pourvu en infrastructures externes, telles que la Plaine des sports, le centre hospitalier, le complexe aquatique, la gare, ses deux collèges.


Pourtant, les cadres hésitent à s'installer ou quittent le territoire quand les enfants démarrent leurs études en seconde. Concernant le secteur de Grandvilliers, une classe de seconde a été ouverte lors de cette rentrée scolaire au lycée professionnel Jules Verne. Que se passera-t-il l'année prochaine pour l'orientation en première de ces étudiants ?


On parle beaucoup du bien-être animal, mais qu'en est-il du bien-être des étudiants de la ruralité qui subissent des temps de transport empêchant un rythme scolaire dans de bonnes conditions ?


Ainsi, il l'interpelle sur la nécessité d'agir au plus vite pour la mise en œuvre des projets de construction de lycées de Chaumont-en-Vexin et de Grandvilliers et lui demande ses intentions à ce sujet.


Philippe Ballard

Député de l'Oise


Qu'est-ce qu'une question écrite ?


Les questions écrites sont posées par un député à un ministre ; seules celles qui portent sur la politique générale du Gouvernement sont posées au Premier ministre.


Elles sont les instruments parlementaires les plus anciens de contrôle de l’activité du Gouvernement. Ces procédures sans vote, dont le caractère est individuel, permettent l’information des députés sur des sujets ponctuels et des points d’actualité sans mise en jeu de la responsabilité politique du Gouvernement. En moyenne les réponses interviennent dans un délai de 180 jours.

Comments


  • Youtube
  • alt.text.label.Facebook
  • alt.text.label.Instagram
  • alt.text.label.Twitter
  • TikTok

Restons en contact

Suivez l'action de votre député pour vous défendre.
Rejoignez l'aventure. 

Philippe Ballard, député Rassemblement National de l'Oise
bottom of page